browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Come Noi Onlus

Come Noi logo ok_modificato-1

Responsable: Antonino Puccio, E-mail: comenoi@comenoi.org, Site internet: www.comenoi.org

“Chaque village c’est mon village, chaque homme c’est mon frère”.
Pour parler de l’association d’aujourd’hui nous avons décidé de partir du fond, du message que cette association encharne.
La phrase appartient à Père Cadello; c’est une affirmation des années ’60, mais toujours actuelle.

Xlestrade a rencontré Piero Caciagli et sa femme Franca Rizzi, qui font partie de l’association Come Noi Onlus.
Come Noi est née en 1966, après que quelques familles de Turin, entre lesquelles Walter et Clara Cavallini, firent retour de l’India, où ils étaient allés pour adopter des enfants.

eritrea_foto_ComeNoi OnlusIls voyaient dans l’adoption une action très positive, mais il se rendait nécessaire agir aussi en faveur de tous ces enfants et personnes âgées indiennes qui continuaient à vivre en conditions de forte pauvreté, indigence et non-autosuffisance.
L’intention principale de Come Noi a été dès le début celle de promouvoir de meilleures conditions de vie pour ces populations, et, à travers le financement de projets de dévelopement dans le cadre, surtout, de l’agriculture et du monde rurale, le fin c’était de les rendre autosuffisantes.
Père Villanova fut le premier responsable d’un projet en India, en particulier à Polur, au Tamil Nadu, au Sud du subcontinent indien.
Le premier “envoie” qu’ils ont porté en India aux familles locales ne fut pas de la nourriture ou de l’argent, mais des chèvres. Après quelque temps, Padre Cadello a continué l’action mise en place par son prédécesseur, avec la construction d’oeuvres hydriques, comme l’excavation de bassins pour la récolte de l’eau et pour l’irrigation.
À partir de ce moment-là, l’aide à ces population est dévenue constante, àfin de soutenir les projets et la collaboration crée au passé.

En 2006, Come Noi a fêté ses 40 ans d’activité. Pendant les années les projets se sont évolus et les Pays d’intervention sont augmentés aussi.
Chaque projet, cependant, naisse comme une réponse aux bésoins des communautés locales, qui sont les bénéficiaires exclusives des actions. En outre, elles s’occupent totalement de la gestion des activités, à travers le “contrôle” d’un responsable local. Les interlocuteurs principaux ce sont donc les communautés locales, et le responsable peut être soit un réligeux soit un laïque, peu importe. Cependant, souvent c’est un réligeux á animer l’esprit de la communauté.
Come Noi met à disposition seulement ce responsable du projet, qui, en forme tout volontaire, mantient les contacts personnellement et il suit la marche du projet et les nouvelles nécessités qu’on rencontre, àfin d’assurer la bonne réussite des activités.
L’objectif que Come Noi se pose est que, au terme de l’intervention de l’association sur le lieu, le project puisse continuer en autonomie. Se rend donc nécessaire une projectualité solide et au service total des bésoins réels de la communauté. Autrement, aucun projet seras financé ou soutenu. En effet, chaque proposition de projet que l’association reçoit est examinée attentivement et elle devient objet de discussion á l’intérieur du groupe.
En outre, vu le travail en forme totalement volontaire des partécipants, Come Noi réussi á mantenir son coût de gestion inférieur au 5% du bilan complexif: c’est-á-dire que le 95% des entrées financiaires vont directement aux bénéficiaires des projets.

Les pays dans lesquels se sont engagés, au présent ou dans le cours des années, sont plusieurs: India, Brazil, Rwanda, Eritrée, Ugande, Sénégal, Mozambique, Sudan, Etiopia, Mali.

Des micro-projets, en outre, ont été réalisés en autres Pays, sur la base des exigences du moment.

Ils s’occupent d’un autre projet en Italie, en utilisant souvent les financements qui arrivent du 5 pour 1000. Le projetTorinomiacittà en question s’appelle MEIC, “Turin c’est ma ville”, et il mire á promouvoir et soutenir des cours de langue italienne et des parcours d’intégration civique (visites aux musées de la ville ou promotion d’autres moyens de connaître et de se rapporter avec notre culture) à faveur de femmes étrangėres , provenantes du Maghreb surtout. Des volontaires, de plus, entretiennent les enfants, pendant que leurs mères étudissent.

Et…pour ce qui concerne l’avenir?
Certainement il y a la volonté de continuer l’engagement en Afrique, en soutenant et en suivant de nouvelles activités à l’intérieur des projets existants in Sénégal, Ugande, Rwanda et Eritrée. Au contraire, au Brézil, on souligne une diminution des financements. Cette situation n’est pas dûe à un manque de fonds, mais au fait que les projets sont en train de marcher très bien avec des finanements locales.
En outre, vu le moment de crise économique actuelle, il est en train une discussion sur la possibilité, ou nécessité, de prêter particulière attention au problème des nouvelles pauvretés des Italiens. C’est pour ça que la prochaine journée de réflexion de l’association aura ce focus.

DSCN0949Nous leur avons enfin demandé comment peut-on participer aux activités de Come Noi.
Il y a deux niveaux de participation. Le premier est représenté par l’adésion financiaire aux activités de l’association, c’est-à-dire soutenir les projets de dévelopement. A’ cettes familles, deux fois par année, est envoyé un bulletin contenant les nouvelles des projets.
Chaque année, à Noël, Come Noi, organise une rencontre ouverte à tous, dans laquelle sont illustrées, à travers des illustrations, des rélations ou, si possible, avev la présence du responsable local, les différentes initiatives et on donne de l’espace aux questions externes et aux débats.
Le deuxième niveau de participation est celui de devenir associés de Come Noi, c’est-à-dire faire partie du comité promoteur de l’association. Actuellement, le comité est composé par à peu près 40 personnes, desquelles 20 sont conseillers, et il se réuni une fois pour mois. Il est possible de se rapprocher au comité au moyen d’invitation ou en participant activement avec l’association.
Ils nous ont raconté que les décisions sont prises à l’unanimité, même si cette modalité porte beaucoup de discussions et de long temps de gestion. Le projet est de tous, pas seulement d’une seule personne.
Ils se définissent une association laïque. Il est intéressant de noter que chaque réunion termine avec une minute de silence, dans laquelle chaque personne à la possibilité de penser, prier, refléchir.

Nous allons conclure ce long article en leur souhaitant une bonne chance et…Xlestrade voudrait réellement que “chaque homme fût notre frère”.

uganda 1 548


Rispondi